01mai

Enurésie chez le jeune enfant

Catégorie : Santé de bébé
bebe-pot

Vous pensiez avoir passer avec brio le cap de l’acquisition de la propreté. Cet apprentissage s’est fait rapidement et sans problème. Exit les couches jetables ou lavables ! Votre porte-feuilles respirait.

Et puis, depuis quelques jours, voire quelques semaines, votre enfant mouille son lit. Tous les matins, il se lève, pas très fier de lui. Les parents découvrent avec stupeur, ce spectacle humide.

L’énurésie n’est pas un phénomène si simple à gérer pour les parents et surtout pour l’enfant.

L’essentiel est de ne pas donner à l’enfant un sentiment d’échec. Il est vrai qu’il est relativement agaçant de devoir laver la literie tous les jours et de devoir laver son enfant, dans les cinq minutes qui suivent son lever. Gardez votre self control.

 

Voici quelques solutions pour stopper l’énurésie :

  • De nombreux enfants ont l’habitude de boire le soir, un dernier verre d’eau ou de lait. Loin d’être mauvaise habitude, en cas d’énurésie, ceci est fortement déconseillé.
    La prise de liquide tardive n’est pas responsable de l’énurésie. Toutefois, vous donnez « matière » à votre enfant, pour les fuites nocturnes. Incitez votre enfant à boire à table et notamment à la fin du repas du soir.

    Il n’est pas rare d’entendre des enfants dire qu’ils ont peur de la nuit. Une petite veilleuse et les voilà rassurés. Toutefois, aller aux toilettes la nuit devient toute une expédition : le sol qui craque, des monstres derrière les portes. Bref, l’enfant peut être effrayé. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à laisser un pot à côté du lit avec une veilleuse (avec un rouleau de papier toilette). L’enfant comprendra rapidement que le pot, même s’il va sur les toilettes la journée, est à sa disposition la nuit.

  • Un événement peut entraîner l’énurésie : des difficultés relationnelles peuvent être à l’origine de ce phénomène. En effet, la séparation des parents, l’entrée à l’école maternelle…, sont des évènements marquants voire déstabilisants pour l’enfant.L’arrivée d’un petit frère ou petite sœur peut déclencher l’énurésie : l’enfant régresse, de manière temporaire, pour attirer l’attention sur le fait qu’il est toujours un bébé.

    Il souhaite avoir les câlins et toute l’attention qu’une maman peut donner lors du change. Ce passage demande beaucoup de douceur et de compréhension aux parents : il faut en parler avec l’enfant, pour comprendre ses peurs ou entendre ses explications.La communication est primordiale : prenez le temps d’en parler avec lui et surtout dédramatiser le problème. Évitez d’en parler aux aînés de l’enfant : ils risquent de se moquer et renforcer le sentiment de honte.

  • Acheter des couches grandes tailles : vous hésitez à passer le pas ? Cela se comprend : vous avez l’impression de repartir quelques mois voire années en arrière. Toutefois, vous êtes perdus au rayon couches : où sont les couches taille XXL ?L’idéal est d’attendre avant d’acheter des couches. Si la situation perdure, vous pouvez acheter des couches. Au début, vous pouvez lui mettre tous les soirs, puis un soir sur deux et ainsi de suite. Enfin, dites-lui d’essayer sans la couche.

    Si votre enfant résiste et ne souhaite pas porter des couches, posez la couche sur sa table de nuit.

    Cela pourra être un compromis entre l’enfant et vous. Il pourra en disposer et du coup, il se sentira responsable.Néanmoins, il est recommandé de proposer le pot et non la couche. Vous pouvez aussi choisir des couches lavables « grandes tailles », plus écologiques. En tissu, elles ressemblent plus à des culottes et donne moins un effet sec sur la peau. Chaque enfant est différent et le passage de l’énurésie vers la propreté définitive doit se faire en douceur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *